Pourquoi Google et Facebook sont invités à partager les revenus

Pourquoi Google et Facebook sont invités à partager les revenus


Les entreprises technologiques du nouvel âge se concentrent sur 70 de Peak ET Now Dernières nouvelles
New Delhi: Le ministre adjoint de l’informatique, Rajeev Chandrasekhar, a récemment réitéré la position du gouvernement dans l’intérêt des agrégateurs de nouvelles et a exhorté les grandes entreprises technologiques comme Google et Facebook à partager une partie de leurs revenus avec les plateformes numériques des éditeurs de nouvelles. Ce n’est pas la première fois que le gouvernement indien soulève la question des géants de la technologie qui ne paient pas aux agrégateurs de nouvelles leur juste part de l’argent qu’ils gagnent grâce à leurs plateformes.

Outre l’Inde, d’autres pays envisagent également d’obliger les entreprises technologiques à verser aux agrégateurs de médias une partie de leurs revenus.

Le gouvernement espère remédier au déséquilibre entre la création de contenu par les médias d’information et sa monétisation par les entreprises de technologie publicitaire, a déclaré le ministre d’État à l’électronique et aux technologies de l’information lors de la session inaugurale de la Digital News Publishers Association (DNPA).

Pourquoi les géants de la technologie devraient-ils payer les agrégateurs de médias d’information ?

De nos jours, les éditeurs d’actualités assistent à des perturbations dans leur production numérique. Le problème est à double sens, pour les entreprises technologiques telles que Google et Facebook, le cas est que ces plateformes diffusent du contenu créé par des sites d’actualités sur leur fil d’actualité et leurs pages.

Ce faisant, ces entreprises technologiques monétisent directement ou indirectement le trafic qui en résulte, en d’autres termes, gagnent de l’argent en utilisant le contenu préparé et publié par ces agrégateurs de nouvelles tandis que les éditeurs perçoivent peu de frais pour générer ce contenu et demandent ainsi aux sites de partager les revenus. gagné grâce à eux.

La seconde est que les grandes technologies ont tellement accaparé la publicité numérique (plus de 90 % des parts de marché sur la plupart des marchés) qu’elles exercent un pouvoir de tarification inéquitable et d’autres avantages d’échelle qui désavantagent les éditeurs.

Est-ce la première fois que le Centre soulève ce problème ?

Plus tôt cette année, la Digital News Publishers Association (DNPA) et l’Indian Newspaper Society (INS) ont contacté la Commission indienne de la concurrence (CCI) et accusé Google d’abuser de sa position dominante.

Plus tard, en mars, l’organisme anti-trust a fusionné les deux allégations et a ordonné une enquête sur Google à ce sujet. Dans une lettre, ils ont demandé au géant de la technologie d’indemniser les journaux pour l’utilisation du contenu qu’ils publient sur sa plateforme. Il cherchait également à obtenir une plus grande part des revenus publicitaires en ligne.

Laisser un commentaire