L’Egypte rédige une législation pour réglementer les plateformes de médias sociaux – Systeme io

L’Egypte rédige une législation pour réglementer les plateformes de médias sociaux – Systeme io


des médias sociaux

Un homme utilise un téléphone portable pour accéder aux applications de médias sociaux. AFP

« Cette nouvelle procédure législative et judiciaire vise à protéger nos enfants et nos citoyens des idées dangereuses que propagent ces plateformes », a déclaré Gabr.

La remarque de Gabr est venue en réponse aux questions des membres de la commission de l’éducation du Sénat égyptien dimanche. De nombreux sénateurs ont appelé à imposer des contrôles sur les plateformes de médias sociaux, en particulier Tiktok, par crainte qu’elles ne propagent la violence, l’extrémisme et l’homosexualité.

« Les idées et les pensées que véhiculent ces plateformes, en particulier TikTok, sont très destructrices pour notre société, nos enfants et nos citoyens », a déclaré le sénateur Mohamed Emar, appelant le gouvernement à interdire TikTok en Égypte.

Gabr a convenu que les plateformes de médias sociaux et les jeux vidéo attiraient de plus grands secteurs de la société en Égypte.

« Le nombre de citoyens qui utilisent maintenant les plateformes de médias sociaux en Égypte a atteint 8 millions », a déclaré Gabr, « cela a conduit le Conseil suprême de régulation des médias à intervenir pour contrôler l’utilisation nuisible des plateformes de médias sociaux et des jeux vidéo ».

« Le Conseil est en train de rédiger une nouvelle législation qui rendra obligatoire pour toute plate-forme d’obtenir une licence légale préalable afin d’avoir accès aux utilisateurs de téléphones mobiles », a déclaré Gabr, indiquant que « l’objectif de cette législation est de résister à la des idées destructrices que ces plateformes diffusent. »

Quant aux jeux vidéo, Gabr a déclaré qu’ils sont comme des couteaux, ayant des utilisations à la fois nuisibles et utiles. « Certains jeux améliorent l’intelligence, tandis que d’autres encouragent la violence, l’extrémisme, l’homosexualité et ce sont ceux auxquels nous devons faire face pour protéger nos enfants et nos citoyens de son impact néfaste », a déclaré Gabr.

Le Conseil suprême de régulation des médias a été formé pour la première fois en avril 2017. En vertu de la Constitution, le Conseil suprême travaille à l’organisation des affaires des médias audiovisuels et numériques, ainsi que de la presse écrite et numérique. Elle est chargée de protéger la société, le public et les pratiques de la presse.

Lien court:

Laisser un commentaire