La Cour ordonne au Canada de rapatrier les membres présumés de l’EIIS détenus en Syrie – Systeme io

La Cour ordonne au Canada de rapatrier les membres présumés de l’EIIS détenus en Syrie – Systeme io


Commenter

Le gouvernement canadien doit travailler pour ramener à la maison quatre hommes canadiens détenus en Syrie, a jugé un juge, une victoire pour les familles qui disent que le Canada a violé les droits de leurs proches en les laissant dans des prisons et des camps sordides là-bas pendant des années.

Le juge Henry Brown de la Cour fédérale d’Ottawa a ordonné vendredi au gouvernement canadien de fournir aux hommes des documents de voyage d’urgence et de demander aux autorités kurdes – qui supervisent les centres de détention – de les rapatrier.

Les hommes font partie des dizaines de milliers de ressortissants étrangers détenus par les autorités kurdes pour avoir prétendument des liens avec l’État islamique. Ils continuent de languir dans le nord-est de la Syrie sous contrôle kurde, plus de trois ans après que les forces kurdes soutenues par les États-Unis ont déclaré la victoire militaire sur le groupe extrémiste. Les prisons et les camps où sont détenus les anciens combattants présumés de l’État islamique, leurs femmes et leurs enfants sont surpeuplés et insalubres, et en proie à la violence et à la maladie. Les groupes de défense des droits disent que les conditions mettent la vie en danger.

Les autorités kurdes et les proches des détenus ont imploré les gouvernements d’accepter le retour de leurs citoyens. Invoquant des problèmes de sécurité, de nombreux pays ont traîné les pieds – ou, dans certains cas, ont révoqué la citoyenneté des détenus.

Depuis 2019, 36 pays ont rapatrié au moins une partie de leurs ressortissants du nord-est de la Syrie, selon Letta Tayler, directrice associée à la division crise et conflit de Human Rights Watch. Le Canada a ramené chez lui son premier rapatrié – un orphelin de 5 ans – en octobre 2020. Ottawa en a depuis rapatrié au moins cinq autres, mais plus de 40 ressortissants canadiens sont toujours détenus en Syrie.

Les tribunaux allemands et néerlandais ont ordonné aux gouvernements de rapatrier les femmes et les enfants. Mais la décision canadienne de vendredi est « potentiellement révolutionnaire », a déclaré Tayler.

« Il s’agit de la première affaire judiciaire à ma connaissance dans laquelle un tribunal s’est prononcé – et avec force – en faveur du rapatriement des hommes », a-t-elle déclaré. « Il s’agit d’une fissure majeure dans le mur de résistance des pays qui préfèrent sous-traiter la responsabilité de leurs ressortissants à un acteur non étatique à l’intérieur d’une zone de guerre. »

Dans cette affaire, les membres de la famille de 23 Canadiens détenus ont fait valoir que le refus du gouvernement de faciliter le retour de leurs proches violait la constitution du Canada.

L’ordonnance du tribunal intervient après que les autorités canadiennes ont conclu jeudi un accord pour rapatrier six femmes et 13 enfants qui faisaient partie de l’affaire, a déclaré Lawrence Greenspon, un avocat représentant les familles. Le gouvernement avait précédemment envoyé des lettres aux femmes les informant qu’elles et leurs enfants pourraient être éligibles à une aide en raison de la détérioration de l’environnement à Al-Hol et Roj, les camps en plein air où les femmes et les enfants sont détenus.

Un camp de détention syrien secoué par des dizaines de meurtres imputés aux femmes de l’État islamique

L’identité de la plupart des détenus et de leurs proches a été gardée secrète en raison de la sensibilité de l’affaire. Greenspon a déclaré que les membres de la famille qu’il représente sont « ravis » de l’accord et de la décision.

Le jugement du tribunal « réaffirme le principe selon lequel si un Canadien voit ses droits constitutionnels violés, peu importe où il se trouve dans le monde, et que le gouvernement canadien a la capacité de faire quelque chose à ce sujet, alors il devrait », a déclaré Greenspon.

Dans sa décision, Brown a cité les conditions de détention « désastreuses » et le fait que les hommes n’ont pas été inculpés ni traduits en justice.

Les hommes sont détenus dans des prisons séparées des femmes et des enfants. L’un semble avoir été entassé avec jusqu’à 30 autres hommes dans une cellule construite pour six et aurait été torturé, a écrit Brown. Il existe des « preuves accablantes » que les prisonniers de sexe masculin manquent de nourriture et de soins médicaux en quantité suffisante, a-t-il ajouté.

La vie dans les centres de détention est devenue plus dangereuse ces derniers mois après que la Turquie a lancé une campagne de bombardements sur les zones contrôlées par les Kurdes en Syrie.

Greenspon a déclaré qu’un seul des hommes avait été en contact récemment. « En ce qui concerne les trois autres, nous n’avons même pas de preuve de vie récente », a-t-il déclaré. « Nous espérons qu’il n’est pas trop tard pour les rapatrier. »

Parmi les hommes se trouve Jack Letts, qui est né et a grandi en Angleterre et s’est rendu en Syrie en 2014 à l’âge de 18 ans. Il aurait rejoint l’État islamique et est devenu connu sous le nom de «Jihadi Jack» dans les médias britanniques. Les forces kurdes ont confirmé sa capture en 2017.

Son père canadien, John Letts, et sa mère britannique, Sally Lane, disent qu’il est innocent. Un tribunal britannique les a condamnés en juin pour avoir financé le terrorisme en envoyant de l’argent à leur fils pour l’aider à fuir la Syrie.

Lane et John Letts ont mené une campagne très médiatisée au Royaume-Uni et au Canada pour extraire leur fils de Syrie. Mais en 2019, le gouvernement britannique a révoqué sa citoyenneté, ne lui laissant que la nationalité canadienne.

Les responsables canadiens ont accusé la Grande-Bretagne de se renvoyer la balle. Les conservateurs, menant une campagne électorale difficile cette année-là, ont déclaré qu’ils refuseraient d’aider Letts. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a largement esquivé la question, bien qu’il ait promis de poursuivre les personnes qui ont participé à des activités terroristes.

Peu de temps après l’élection de Trudeau en 2015, son parti libéral a abrogé une loi adoptée par les conservateurs qui permettait au gouvernement de retirer la citoyenneté des binationaux reconnus coupables d’infractions liées au terrorisme devant les tribunaux canadiens.

« Un Canadien est un Canadien est un Canadien », avait-il déclaré pendant sa campagne. « Et vous dévaluez la citoyenneté de chaque Canadien ici et dans ce pays lorsque vous vous effondrez et que vous la rendez conditionnelle pour tout le monde. »

Mais son gouvernement a bloqué le rapatriement de ses citoyens coincés dans le nord-est de la Syrie.

« Nous sommes ravis de cette nouvelle, ce qui signifie que nous pourrons enfin revoir notre fils après 9 longues années », a écrit Lane dans un SMS après la décision. « Le juge a reconnu la manière épouvantable dont le (gouvernement) canadien s’est comporté face au traitement de ses citoyens et a pris la décision pour des raisons de droits de l’homme. Il a déclaré que le rapatriement doit avoir lieu « dès que possible », nous allons donc obliger le gouvernement à le faire. »

Certains responsables et experts juridiques craignent que les autorités ne soient pas en mesure de détenir les rapatriés et qu’elles puissent en radicaliser d’autres ou commettre des attentats au Canada.

Les groupes de défense des droits soutiennent que le système d’application de la loi et le système judiciaire du Canada sont bien équipés pour surveiller les rapatriés et poursuivre les adultes.

Pour les détenus dans cette affaire, beaucoup dépend de la rapidité avec laquelle le gouvernement délivre des documents d’identité et élabore la logistique du voyage, a déclaré Tayler. Le Canada pourrait demander l’aide des États-Unis, qui ont intensifié leurs efforts ces derniers mois pour persuader et aider d’autres pays à rapatrier leurs ressortissants, a-t-elle ajouté.

« Nous prenons note de la décision de la Cour fédérale », a déclaré Grantly Franklin, porte-parole d’Affaires mondiales Canada, dans un communiqué samedi. «Nous examinons actuellement la décision et aurons plus à dire en temps voulu. La sûreté et la sécurité des Canadiens sont la priorité absolue de notre gouvernement. Nous restons déterminés à adopter une approche solide face à ce problème. »

Amanda Coletta et Louisa Loveluck ont ​​contribué à ce rapport.

Laisser un commentaire